Club Solaire de novembre 2013 Dimensionnement

Une quarantaine de personnes, bailleurs, BET, entreprises et partenaires se sont réunies le 26 novembre dernier à l'URMA EST CFA de Saint André sous l'égide de l'ADEME et du CIRBAT autour du thème du dimensionnement.
Thomas AILHAUD du BET HELIOTROPIC a présenté 
- le résultat de l'enquête sur le dimensionnement menée auprès des professionnels
- une comparaison entre les logiciels SOLO et TRANSOL.

Étaient présents:
Bailleurs sociaux : Gildas Poulaye (SEMAC); Cerveau Raphaël (SEMADER) ;M Valgrezy et Thibault Rebelle (SIDR); Loic Merienne (SODEGIS) ; M Moutou (SODIAC) 
Mo public : Julian patrice (Département)  
BET : Virginie Lecoeur (ARTELIA) ;Yann Jacob et Yannis Hoareau (GRONTMIJ) ; Maillot  Pierre-Étienne (COREX); Bodson Antoine (COTEL) ; Bruno Cuignet et Bernard Franck (ISOFLU); Pierre Paubert (TECSOL OI); Ramzi Tohme (TOP BIS) ; Frédéric Lanoë et Verdier Nicolas (TRANSENERGIE Réunion)
Entreprises : Le Pape Roger et M Pattiama (RUN RENOVATION); Mamodjee Omarjee  Johny (SARL RENOV CASE TROPIC CHAUFFE EAU); Payet jacky ( TF multiservices) ; Parvedy Alain (PLOMBERIE PARVEDY); Boucher René Jean Pierre (SANI EXPRESS) ; Marion Nivolies (CEGELEC); Rachel Xiong ( ID PLOMBERIE) ; David Amiel (SOLAMI/DAK); Hoareau lLino (SOLAR PROD Outremer); Yohann Meurant (SUNZIL -Tenesol); Robert ludovic (SDS)
Partenaires : Benoit Truong et JF Cousin (ADEME) ; Rémy Durand (Région) Didier Vienne, Hoareau Cyril, Payet Pierre-Vincent (ARER/énergies Réunion); Frédéric Commins (EDF).
  
Télécharger :
Diaporama 1 Méthode de dimenssionnement (BET HELIOTROPIC)
Diaporama 2 Prise en compte des contraintes de maintenance (BET HELIOTROPIC)

Le compte rendu ci-dessous reprend les principaux commentaires de diapos et pour chaque point les interventions de la salle.

1ère PARTIE - MÉTHODE DE DIMENSIONNEMENT

1- Résultats de l'enquête auprès des professionnels.

  • Le besoin en eau chaude par typologie : une donnée clef qui a besoin d'être harmonisée.

C'est la donnée la plus importante pour le dimensionnement or on constate des écarts dans les pratiques d'une entreprise à l'autre.
L'ademe souligne qu'il y a eu dans le questionnaire confusion entre le besoin et le volume du ballon préconisé.
Proposition est faite par Heliotropic de se fixer à 30 litres par personne et d'adapter à la Réunion le fichier de profil mensuel de TRANSOL en le complétant d'une campagne d'échantillonnage.

Remarques de la salle :
Une comparaison inter DOM n'est pas forcément pertinente du fait des micro-climats.
Les bailleurs indiquent que le niveau des opérations (LLTS/Standing) entre en compte. Ils approuvent l'idée d'une campagne de mesure.
Le référentiel Pérenne est cité comme source de données (à vérifier).

  • Le type d'installation individuelle : 3 choix

- le CES circulation forcée est le plus souvent installé du fait de contraintes architecturales et de distances entre le point de puisage le plus éloigné et le producteur d’eau chaude
- le thermosiphon est vu comme celui fonctionnant le mieux, il est donc à privilégier lorsque cela est possible.

  • La surface de capteur : des résultats très surprenants

Parmi les résultats on trouve 2m² de capteur pour un logement T4 ce qui est très faible.
A souligner SOLO n'est pas adapté au thermosiphon monobloc, cela explique peut-être  ces sous-dimensionnements.
D'après l'Ademe ces pratiques sont liées à une mauvaise application de la RTTADOM (rappel : les fameux 50% des besoins à couvrir en ECS sont en fait un minimum - voir club solaire d'avril 2013)

  • Paramètres de régulation : Un delta t de 7° d'enclenchement.

Cela dépend du matériel utilisé et des pratiques des entreprises.
On note la fonction « vacance» très intéressante qui permet le déclenchement de la pompe pour refroidir l'eau la nuit en période de vacance du logement.

  • Le volume de stockage pris en compte

On note qu'il y a confusion entre besoins et volume des ballons.

  • Le taux de couverture solaire maximal

Entre 85 et 90 avec SOLO. Compte tenu des résultats de simulation suivant TRANSOL, il semblerait qu’il faille privilégier 90% (et peut être même au-delà).

2- Comparatif entre les 2 logiciels

  • SOLO

Les atouts de SOLO vus par les professionnels :
 +  gratuité, disponibilité en ligne, simplicité (14 paramètres à entrer).
 + 26 stations météo de la Réunion.
 + une fiche de résultat lisible immédiatement

Les limites de SOLO
L'interface : les simulations ne peuvent pas être enregistrées
La pertinence :
- SOLO ne convient pas aux études des CESCI (collectif avec stockage individualisé)
- pas de prise en compte des pertes de distribution
- les coefficients B et K ne sont plus fournis par le CSTB.

Tecsol indique qu'ils peuvent être calculés et validés par les fabricants de capteurs.

  • TRANSOL

L'approche TRANSOL : il faut d'abord choisir le type d'installation (24 types disponibles) puis faire la simulation, le logiciel réalise le tracé de courbes de simulation.
L'interface TRANSOL:
Il faut compter 5 à 10 minutes de saisi des paramètres. Ce temps est compensé par la possibilité d'enregistrer les données pour les réutiliser dans les simulations suivantes (sauvegarder un profil type).
Pour chaque fenêtre il y a une rubrique "aide"
Pertinence TRANSOL :
Il y a à ce jour un problème sur les données Météo (nécessité d’avoir des fichiers à pas de temps de 30 minutes).
L'Ademe indique se rapprocher de Météo France et du CSTB afin que les professionnels du solaire à la Réunion aient accès à une même base de fichiers météo communs.

Globalement TRANSOL plus puissant que SOLO.
 Avec SOLO on a la quantité de chaleur utile en eau chaude sanitaire
 Avec TRANSOL on a la possibilité d’évaluer la quantité de chaleur fournie par les champs de capteurs, ce qui permet de comparer aux valeurs réelles mesurées sur site par le système de suivi (impossibilité de le faire avec la méthode SOLO).
 On note que l’écart de production entre les deux méthodes de simulation est élevé.

Les principaux défauts (météo, nombre de logements) devraient pouvoir évoluer.

Détails :

A noter
- la température d'eau froide il faut saisir le coefficient ESM2 (ce point est à harmoniser).
- le calcul des besoins : il y a 4 appartements type. Si on en a 6 différents cela ne passe pas.
- on entre le profil de puisage journalier et annuel. C'est intéressant (consommation basse à l'été austral)
- le calcul des capteurs (tous les capteurs sont enregistrés)
- le calcul des masques très intéressant.
- un beug : le logiciel demande une pompe primaire et une secondaire, il faut décliquer pour une seule pompe (point qui sera corrigé dans la prochaine version du logiciel).

  • Les avantages du logiciel TRANSOL

- saisir tout le réseau de distribution.
- donner les besoins nets, les besoins de la boucle, les besoins utiles
SOLO ne prend pas en compte les pertes ou seulement via un ratio.

Débats dans la salle :
Choisir TRANSOL, quelles implications ?
- Pour les entreprises choisir Transol force à investir, il y a un problème de coût
- Cela implique un vrai palier en terme d'exigence
- Du point de vue des BET cela valorise les vrais professionnels, donne un rôle au BET et une vraie partie ingénierie est à intégrer aux CCTP
- Du point de vue des bailleurs cela oblige à spécifier dans les CCTP que les données sont à entrer avec étude TRANSOL.

Choisir TRANSOL, pourquoi ? Quel est le niveau d'exigence visé ?
- Y gagnera-t-on en satisfaction client ?
- L'avantage de choisir TRANSOL réside dans une meilleure connaissance de l'installation.
- TRANSOL permet aux entreprises de se distinguer avec la surface d'échange dans les ballons

A creuser !

Les personnes présentes souhaitent d'autres simulations :

 - cas diapo 26 => SOLO montre que ça marche ; avec TRANSOL des améliorations  auraient été apportées.
 - la SIDR demande un test sur un échantillon plus représentatif.

ATTENTION Pour être "RGE" Reconnu grenelle de l'environnement : Transol deviendrait obligatoire (ADEME)


2nde PARTIE - PRISE EN COMPTE DES CONTRAINTES DE MAINTENANCE

Les contraintes de maintenance des CES impactent le travail du MO et de l'architecte.

  • Toiture

- L'accessibilité en toiture est à prévoir.
Tous les points sont important (exemple les ancrages de sécurité NE DOIVENT PAS être placés tout en haut !)
L'échelle à crinoline reste une bonne solution
Si l'accessibilité en toiture n'est pas prévue  ce sont des sur-coût de maintenance (nacelle !)

- Pas plus de 30° de pente de toit.

  • Nombre de colonnes solaires

Colonne unique : pose des problèmes d'encastrements. Les canalisations sont pincées lors des travaux et le solariste doit être sur place tout au long des travaux.
Colonnes multiples : plus optimal

Retour d'expérience de la SIDR : les ballons installés en coursives extérieures donnent une bonne accessibilité.

Attention à la distance entre le point de puisage et le ballon.
et rappel de la réglementation (arrêté du 30 nov 2005)

  • Les placards techniques: le bon dimensionnement à prévoir

- prendre en compte les marques de ballons
- il faut pouvoir démonter le système
- les placards 60X60 ne fonctionnent pas => proposition d'un dimensionnement type à acter par la profession et à soumettre aux architectes.

AUTRES POINTS ABORDES
 

Les capteurs
Le ballon

 Devant la grande diversité de ballons, ont été évoqués les critères de résistances  aux montée en température, la production locale, le coût, la traçabilité de la  production.
Les circulateurs : attention à position du moteur et au respect de la notice de montage.
 Le moteur ventilé est plus robuste mais consomme plus d'énergie.
 A noter la réglementation change en 2014.
Le vase d’expansion : doit être en amont de la pompe et résistant aux UV
Calorifuge
Régulation
Vannes d'équilibrage