Traitements des termites

Traitements des termites souterrains :

 
Du fait de la biologie de ces insectes, l'éradication des colonies de termites souterrains nécessite l'intervention d'une entreprise qualifiée (cf Annexe 1). 
 
Concernant l’élimination de Coptotermes gestroi, deux types de traitements curatifs sont possibles : le traitement chimique et le traitement par pièges-appâts. Selon le cas, on préférera l’un ou l’autre.  
 
- Le traitement chimique consiste à réaliser des injections d'insecticide spécifique au niveau des sols intérieurs et extérieurs, des maçonneries (murs) et/ou bois de structure et menuiseries puis de réaliser une double pulvérisation de surface.
 
- Le traitement par pièges-appâts consiste à placer sur le périmètre du bâti et au niveau des points d'infestation des stations de piégeage contenant une source de cellulose imprégnée d'un régulateur de croissance (molécule insecticide qui inhibe le développement des termites). Les ouvriers qui consomment cette matière active ne vont pas mourir immédiatement et ils pourront alors distribuer à l'ensemble de la colonie la matière active. En quelques semaines de diffusion, la colonie sera complètement éliminée. La vitesse d’élimination dépendra de la taille de la colonie et du nombre de pièges colonisés par les termites. Il ne faut pas déranger outre mesure les termites avant le traitement, sans quoi, ils ne coloniseront pas les pièges insecticides.
 
Deux molécules testées et certifiées peuvent être utilisées contre C. gestroi : le Flufénoxuron et l’Hexaflumuron. Elles ne sont pas dangereuses pour les usagers car la concentration utilisée est infime. De plus, un piège ne peut pas être manipulé par n’importe qui car il est fermé à clés et enterré. Seule l’entreprise de traitement possède cette clé. 
 
Concernant l’élimination de Prorhinotermes canalifrons, seul le traitement chimique est efficace. En effet, la technique des pièges appâts n'a jamais été testée en laboratoire contre cette espèce. Cependant, plusieurs bâtiments infestés par P. canalifrons ont été traités par pièges appâts par des entreprises de traitement ces dernières années. Leurs observations ont montré que la technique des pièges appâts n'est pas efficace contre cette espèce.
 
Au niveau des espaces verts, la méthode d’élimination par pièges-appâts est recommandée. Une fois l’élimination complète, il faudra s’assurer des dégâts internes qu’a reçus l’arbre et ainsi s’assurer que sa structure n’a pas été fragilisée et qu’une chute n’est pas à craindre en cas de forts vents
 
 
Traitements des termites de bois sec :
 
En général, l’élimination des termites de bois sec au niveau des bâtiments consiste à traiter les éléments en bois et à base de cellulose par injection d’insecticide spécifique et pulvérisations de surface. Les deux principales étapes sont présentées ci-dessous :
 
- Traitement en profondeur : 
Perçage des puits d’injection (tous les 33 cm – en quinconce)  introduction de produit de préservation par INNOCULATION (remplissages successifs) ou INJECTION
 
- Traitement de surface par couches répétées (2 minimum) en basse pression (pulvérisateur) avec le bois décapé au besoin
 
Les termites de bois secs ne sortent qu’exceptionnellement de la pièce de bois dans laquelle ils vivent. On ne peut donc pas envisager d’installer un piège contenant un insecticide pour les éliminer. 
 
Dans le cas d’arbre, un traitement par injection n’est pas recommandé car il n’y a pas de certitudes qu’il n’y aura pas d’effet nocif conduisant à la mort de l’arbre si le produit se mélange à la sève. De plus, on ne sait pas s’il y aura rétention du produit et que celui-ci n’ira pas polluer la nappe phréatique ou l’océan. Aucune étude n’a été réalisée dans ce domaine jusqu’à présent.
 
Il faudrait également pouvoir détecter précisément toutes les zones de l’arbre où les termites sont présents pour avoir un traitement efficace. Il est également compliqué de vérifier si les termites ont bien été éliminés ou non.
 
Il est donc recommandé d’abattre les arbres dont le cœur est fortement endommagés et qui pourrait présenter un danger pour les usagers dans le cas de forts vents. Pour les parties mortes d’arbres infestées ou les souches, il est préférable de les élaguer et de détruire les résidus afin d’éviter des réinfestations. De plus, l’application d’un produit cicatrisant ou répulsif est recommandée pour éviter une entrée des insectes nuisibles par la blessure occasionnée par l’élagage.